Uncategorized

Guide LEnfant de lautre (TRESORS FRANCE) (French Edition)

Free download. Book file PDF easily for everyone and every device. You can download and read online LEnfant de lautre (TRESORS FRANCE) (French Edition) file PDF Book only if you are registered here. And also you can download or read online all Book PDF file that related with LEnfant de lautre (TRESORS FRANCE) (French Edition) book. Happy reading LEnfant de lautre (TRESORS FRANCE) (French Edition) Bookeveryone. Download file Free Book PDF LEnfant de lautre (TRESORS FRANCE) (French Edition) at Complete PDF Library. This Book have some digital formats such us :paperbook, ebook, kindle, epub, fb2 and another formats. Here is The CompletePDF Book Library. It's free to register here to get Book file PDF LEnfant de lautre (TRESORS FRANCE) (French Edition) Pocket Guide.

Rois fu li dux Godefroiz de Jherusalem li premiers des Latins mes nen vout mie avoir le non. Lors fu li roiaumes sanz roi apres lui tres mois; au derrenier fu envoiez querre Baudoins ses freres li cuens de Rohez por venir querre le roiaume qui escheus li estoit. Aucunes genz cuident que li dux Godefroiz le loa et conseilla eu lit de la mort; li autre dient que il nen parla onques: mes tuit li autre baron si accorderent. Bien est que vos sachiez la vie et lestre de cestui. Quant il fu enfes len vout quil fust clers et aprist letres assez selonc son aage.

Por ce que il estoit si gentius hom et de haus amis chanoines fu de Rains de Cambrai et du Liege; en ces trois eglises ot il provendes. Apres ou par le conseil de ses amis ou par la seue volente je ne sai le quel il lessa clergie et devint chevaliers. Puis espousa femme une haute dame dangleterre qui avoit non Guttuere: cele mena il eu pelerinage doutre mer: mes aincois que ele venist en Antioche fu morte en la cite de Marese si com vos oistes desus.

Il fu puis envoiez querre du duc et des citeiens de la cite de Rohez por eus defendre de leur anemis; et quant li Dux fu mors il ot la duchee enterinement si com vos oistes. Por avoir greigneur pooir en la terre il espousa femme la fille a un haut prince dermenie qui avoit non Tafroc. Icist ermins et un suen frere Costantins avoit non avoient assez fors chastiaus et grans pooir de gens entor le mont du Tor qui est assez pres de Rohez.

Cil dui estoient si riche davoir et si haut dautres puissances que les gens de cele terre les tenoient por rois. Du lignage celui Baudoin nestuet mie que je vos face grant parole car je vos ai devise desus li peres et la mere le duc Godefroi cui estoit freres cestui dambedeus parz. De la faute Baudoin qui estoit trop luxurieus et croioit trop Arnoul qui sestoit mis eu siege du patriarche en Jherusalem.

Or vos dirai de quel corsage il estoit. Il fu mout grans de cors graindres assez que li dux Godefrois si que len pooit dire de lui ce que len trueve en la Bible du roi Saul que quant il estoit enmi le pueple il paroit sur tous les autres dez les espaules en amont. Les cheveus ot bruns et la barbe la char ot assez blanche; le nes ot hautet et corbe un pou devant; la bouche ot enbarree car la levre desus fu plus haute un petit mes ne li mesavenoit point.

Mout se contenoit meurement en habit en paroles et en aler. Tousjors portoit son mantel sur ses. Si com len dit bien se sentoit de la nature et de la char des homes qui fu bleciee et corrompue par le pechie Adam; car il estoit acostumes de cheoir sovent eu pechie de la char; mes si en estoit honteus que trop le fesoit celeement. Mout avoit pou de gent en sa mesniee qui rien en seussent; a nului ne fesoit force ne outrage por ceste chose.

Vers Dame Dieu ne pooit il avoir escusement du pechie mes vers le siecle et vers la gent en avoit il aucune defense si com vous orrez apres. Nestoit mie trop gras ne trop megres ainz estoit en moien estat. Mout seoit bien a cheval; hastes i estoit et vistes. Mout ert biaus armes navoit point de parece en lui touzjorz estoit pres la ou besoing le semonoit.

Ne vous voil mie demorer por deviser son hardement le sens darmes quil avoit sa largece et sa cortoisie; car a un mot vos di que bien en retraioit a son frere le duc Godefroi. Mout se penoit en toutes choses de lui ensivre et resembler au plus quil pooit. Mes une chose avoit en lui qui trop lempiroit: il estoit acointes et prives dun clerc mout malicieus Arnoul avoit non dont je vous parlai desus coment il estoit entres eu siege au Patriarche. Cil estoit pleins de toute malice abandones a donner mauvais conseil.

Cestui creoit Baudoins plus que autrui par quoi maintes gens le blasmoient. Bien avez oi que li dux Godefroiz fu morz come bons crestiens. Il devisa en son testament que len rendist au Patriarche la Tor Davi et la cite de Jherusalem si come il avoit promis en sa pleine sante le jor de Pasques voiant le clergie et voiant le pueple. Mes cil sur qui il devisa son afere ne le firent pas bien si come il avoit comande. Tot ce estoit par le conseil a un des barons qui avoit non li cuens Garniers en sornon de Gres cousins le duc Godefroi chevaliers fiers et aspres mes fel estoit et orgueilleus.

Si tost com li Dux fu mors cil saisi la Tor Davi et la garni mout bien; messages envoia celeement au conte Baudoin et li manda que venist hastivement recevoir le roiaume de Jherusalem. Tandis comme il tenoit cele tour li Patriarches le semonoit sovent et requeroit a mout douces prieres que la droiture de leglise quil tenoit li rendist car ainsi lavoit comande li bons dux Godefrois eu lit de la mort. Cil ne li vouloit mie la parole rompre aincois le menoit de jor en jor et queroit ses delais por contratendre celui que il avoit mande; car il cuidoit bien que Baudoins quant il venist len seust bon gre et guerredonast bien sil li poist la tor baillier.

Mes il avint que li cuens Garniers fu morz dedens le quint jor quil ot cele tor saisie. Toute la gent le tindrent a miracle por le tort quil fesoit si grant au Patriarche et a leglise. Quant il fu mors por ce ni gaaigna riens li Patriarches car cil qui i estoient en garnison distrent quil ne la rendroient mie aincois la garderoient en ce point jusque li cuens Baudoins fust venus. Quant li Patriarches sot que li cuens Baudoins estoit envoie querre il douta sa venue et vout delaier son coronnement jusque il li eust fet reson de leritage de seglise. Pour ce envoia unes letres a Buiemont et li manda les tors que len li fesoit; doucement li pria que li venist aidier: endementres manda a Baudoin par ses letres que sa droiture li lessast.

Assez i ot beles paroles mes ni valurent rien; car Buiemons estoit ja pris aincois que cist mesages venist si que il ne vit onques ces letres. En celui tens estoit li cuens Baudoins de Rohez en la cite de Meleteine que len li avoit rendue et fesoit assez sa volente ilec entor par la terre qui a non Mede. Il prenoit par force les chastiaus et les abatoit. Mout eslargissoit son pooir entor lui. Atant ez vous que li messages vint qui li aporta noveles de la mort son frere; letres li bailla de par les Barons qui li mandoient que il venist tost. Mout li pesa de ce quil ot perdu son frere en ce siecle mes bien connut que la demeure daler li porroit estre perilleuse; por ce se hasta deus cenz chevaucheeurs prist avec lui et huit cens homes a pie; sa terre lessa en la main a un sien cousin qui estoit sages et loiaus Baudoin de Borc avoit non.

Ausi com cil fu cuens apres lui refu il rois quant il fu mors si com vos orrois. Il mut le disiesme jor duitovre por aler vers Jherusalem. Mout se merveillerent mainte gent coment il enprenoit tele oirre a si petit de compaignie; car il le convenoit a passer parmi la terre a ses anemis. Quant il vint en Antioche la mist sa femme et ses puceles sa menue mesniee et grant plente de ses choses en mer dedens nes quil ot fetes apareiller eu port dantioche et comanda que len les menast a Japhe: car entre toutes les citez de mer ceste seule se tenoit a la Crestiente.

Il se delivra einsi de sa femme et de toutes ses choses qui encombrer le pooient por passer plus delivrement par la terre que li Tur tenoient; car il pensoit quil i troveroit encombrier. Dilec vint a Lalische de Surie; lors tint la voie de la marine et passa Gibel Valenie Maraclee Tortose et Arches jusque il vint a Triple: la se loja dehors la cite. Li rois de la ville quant il sot que il estoit venus li envoia granz presens de viandes et de riches dons en or et en argent et li fist savoir certeinnement que Ducat li rois de Damas le gueitoit por lui fere mal sil en avoit le pooir.

Li Cuens se parti dilec et passa Gibelet tant quil vint a leaue qui a nom le flun du Chien. Iluec a un passage mout perilleus; car dune part sont les montaignes mout hautes les roches aspres et la voie roiste; dautre part est la mer parfonde touzjors a grosses ondes.


  • Aequitas Betrayal.
  • Too Many Santas (A Jake Hines Mystery Book 0)?
  • Lethal Echoes (Private Investigator Tina Munroe Mystery Series Book 2).
  • Navigation menu!
  • Rethinking Madness: Towards a Paradigm Shift in Our Understanding and Treatment of Psychosis!
  • L'enfant Soleil.

La voie na mie une toise de le; de lonc a bien le quart dune liue. Cestui lieu avoient li Tur assis; les genz du pais avoient mises por estouper la voie; aucun meismes des Turs i estoient venu de bien loing por defendre ce pas. Quant li Cuens vint la il envoia de sa gent avant por savoir sil porroit la passer. Cil que il i envoia saperceurent que une partie de ceus qui le pas avoient garni avoient passe le flun et estoient descendu au plain; il orent peor que derriers eus ne fust remes greigneurs enbuschemens; por ce manderent par un message la chose au Conte si come elle estoit.

Li Cuens atira tantost ses batailles por assembler a ceus: il se trest vers eus cil se tindrent tuit quoi por lui atendre. Li Cuens et sa gent ferirent des esperons sor eus; aucuns des Turs ocistrent en leur venir li autre senfoirent tuit desconfit.

Tantost li Cuens qui ot gaaignie le champ fist deschargier ses paveillons et se loja en cele place. Li leus estoit mout estrois et entre les mons et la mer. Li Tur ne les lessierent onques dormir cele nuit aincois leur firent assez danuiz; car lune partie deus estoit sur les monz quil avoient porpris lautre venoit en nes par mer de la cite de Baruth et de Gibelet.

Ne finerent onques toute la nuit de trere si grant plente de saietes que mains en blecierent des nos et ocistrent aucuns. Les chevaus qui estoitent las de la jornee et morant de soif ne leur lessierent onques abevrer au flun qui estoit assez pres. Revint li jors a lendemain. Li Cuens prist conseil a sa gent puis comanda quil trossassent tuit et sen retornassent. La foible gent et les somiers mist devant; il fit larriere garde o toute sa meilleur gent por garantir ceus qui devant aloient par derriers et a destre et a senestre. Ce semblant de retorner fist il a escient por engignier ses anemis non pas por coardise ne por foir; mez il dotoit mout les estrois leus ou li Tur sestoient mis; por ce sen esloignoit que il poist trere apres lui ceus qui cuidoient quil sen foist: mout les vouloit tenir a plain et assembler a eus.

Quant il sen partoient einsi li Tur furent mout orgueilleus et mout sesbaudirent por le mauves semblant que nostre gent fesoit. Il descendirent a grant haste tuit des montaignes; si comencierent a aprochier larriere garde; espessement i traioient et feroient aucunes fois des glaives et des canes. Cil qui ez nes les costeoient virent coment leur gent menoient mal les nos si cuidierent que li nostre eussent tout perdu; por ce vindrent hastivement a terre et saillirent hors des nes por venir au gaaing.

Li cuens Baudoins vit que si anemi avoient ja bien esloigniees les montaignes; lors comanda a celui qui sa baniere portoit que il poinsist arriers seur ceus qui les enchaucoient: il meismes feri des esperons apres eus et toute sa bataille torna apres lui. En leur venir veissiez assez des Turs voler a terre que mors que navres. Li autre furent si esbahi de ce quil virent tel hardement ez nos quonques ne mistrent defense en eus ains senfoirent vers les montaignes.

Cil qui des nes estoient issu cuidierent entrer arriers mes ne porent car il furent tuit desavanci et tuit decope sur le rivage. Li autre ne vindrent pas tuit aus montaignes car li nostre en ocistrent assez; cil meismes qui vindrent jusques la furent si esfree que il coroient parmi ces roches sans tenir voie ne sentier et trebuchoient des montaignes contreval et se depecoient tuit o voloient en la mer ja puis ne fussent veu.

Quant li Cuens et la nostre gent orent la victoire einsi que Dame Dieus leur dona il despoillierent les mors et gaaignerent assez chevaus et armeures. Lors retornerent a grant joie au leu ou il avoient lessie leur hernois. Mout loerent Nostre Seigneur des biens quil leur fesoit. Lendemain sen alerent jusqua un leu que len claime Juine. La partirent mout lieement leur gaainz et les prisons quil avoient; assez orent quanque mestier leur fu. Li Cuens qui mout estoit sages prist de sa meilleur gent avec lui et vout cerchier et savoir se li pais estoit delivres ou se il avoit encore genz qui le vosissent detenir.

Il trova que nul destorbier ni avoit; por ce renvoia arrieres et manda a tous ceus de sa compaignie que seurement passassent. Cil en furent mout joieus ne ne tarderent mie aincois sivirent leur seigneur tantost. Quant il orent passe le leu quil avoient tant doute il vindrent devant la cite de Barut; iluec sejornerent puis tindrent la voie de la marine et passerent la cite de Saiete et Sur et Acre jusque il vindrent a cele qui a non Cayfas. Li Cuens douta entrer en la ville porce quele estoit Tancre que il avoit corocie jadis a Tarse en Cilice; ne ne vout que nus de sa gent i entrast car il doutoit que Tancres qui estoit de grant cuer ne leur feist ennui.

Lors nestoit mie Tancres en la cite mes sa gent issirent hors au Conte et li firent mout grant joie; viandes aporterent a vendre a bon marchie et grans presens li envoierent; lors sen parti li Cuens et vint jusqua Arsur. Lors ala tant la voie de la marine que il entra en Japhe; ilec fu receus du clergie et du pueple a granz joies et a granz processions et se contint com sires de la ville.

Dilec mut por aler en Jherusalem. Toute la gent li vindrent a lencontre nomeement li Latin et cil meismes dautres terres qui ont autres costumes: Hermin Grifon Jacobin Samaritan; chascun chanterent en leur manieres et se penerent de fere joie. En la cite le mistrent tuit ensemble come leur seigneur et leur roi. Toutes les peines que Arnous cil desloiaus clers dont je vos parlai desus pot metre en semer discordes et porchacier mellees il mist vers tous ceus qui croire le voustrent. Il vit que il avoit este desposez de la patriarche de Jherusalem et du siege monseigneur saint Jaque gitez que il avoit saisi par grant orgueil et par male convoitise; por ce avoit grant haine vers celui qui estoit en lenneur: cestoit li patriarches Daimbers.

Mout estoit envieus de ce quil remenoit enpais en la dignete que il avoit perdue. Por ce tantost com li dux Godefroiz fu mors comenca le Patriarche a encuser vers le conte Baudoin de maintes choses et grant plente du clergie trest vers lui et mist contre leur seigneur. Si com il estoit pleins de grant malice et mout riches davoir car il estoit archediacres de Jherusalem et tenoit le Temple Nostre Seigneur et le leu nomme de Monte Calvaire dont il recevoit laport por les rentes de son archediacrez; por ce donques que il estoit riches et mal porchacans avoit mout trouble le clergie et plus encore les barons lais encontre ce preudom qui estoit patriarches.

Quant il aperceut que cil Arnous porchacoit tant de mal il sot bien que li cuens Baudoins le creoit plus que mestier ne li fust mout douta sa venue en la ville et peor ot que cil ne li feist aucune honte par mauves conseil. Por ce lessa la meson de la patriarche et sen ala en leglise de Monte Syon. Iluec entendoit a oroison et gardoit priveement en ses livres. Por ce avint que il nala pas avec les autres encontre le conte Baudoin ne ne fu a son recevement en la ville. Un petit sejor fist li Cuens en la ville de Jherusalem por reposer sa gent et ses chevaus. Lors atira les besoignes du regne si com il vit que mestiers estoit.

Grant entente i mist car il estoit mout penibles et bien ententis a ses besoignes fere. Apres il assembla un ost de gens quil avoit amenees et de ceus que il trova en la terre puis sen ala tout desporveuement devant la cite descalone. Cil de la ville nissirent mie hors por assembler a lui aincois se tindrent tuit quoi et tuit enclos en la ville et prest deus defendre. Li Cuens vit quil ne porroit mie mout fere de son preu ne de sennor si sen parti et sen ala parmi la champaigne la voie qui est entre les montaignes et la mer. La trouva il villes champestres dont li abiteeur sen estoient fui; leur femmes et leur enfans et leur bestes et toutes leur choses avoient tretes avec eus en caves desous terre.

Icist estoient trop males gens larron et coupeeur de gueules; ez chemins entre Rames et Jherusalem avoient fet mainz damages despoillie pelerins et ocis maintes fois si que len ni osoit mes aler sans grant compaignie. Quant li Cuens sot que il sestoient einsi fichie en ces boves il fist aporter feu aus entrees la fist ardoir erbes grant plente de fumieres et autres choses; la fumee entra ens si grant que cil dedens ne la porent soufrir aincois issirent fors et se mistrent ez mains de nostre gent.

Li Cuens qui mout estoit bons justisiers ot oies noveles des maus que il avoient fez; por ce ne les vout espargnier aincois fist couper les testes a cent deus puis prist les viandes que il avoient repostes por homes et por chevaus et les departi a sa gent. Apres sadreca vers les montaignes de la terre qui a non Juda.

Puis descendi en la valee ou Sodome et les autres quatre citez furent fondues qui ore est desous la Mer Tressalee: la virent une petite cite qui a non Segor ou Lot senfoi et se garanti quant les citez fondirent. Puis passerent outre jusque en la terre qui a non la Surie Sobal. Mout cerchierent de terres por querre aventures ou il poissent leur anemis grever et leur povrete alegier; mes ne porent riens trover car cil du pais savoient bien leur venue si sen estoient fui a toutes leur choses ez montaignes; ne plus ni gaaignerent nostre gent fors que tant que il vesquirent sur leur anemis; car home ne femme ne porent il trover si com il aloient.

Li Cuens vit quil ne fesoit mie grant esploit et que la haute feste de la Nativite Nostre Seigneur estoit pres; por ce sen retorna en Jherusalem toute la voie que il estoit venus si que il entra en la cite le jor de la feste monseigneur saint Thomas lapostre. Si come vos avez oi desus nestoient pas bien a un acort li cuens Baudoins et li patriarches Daimberz; mes preudomes sen entremistrent de fere la pais et les acorderent si que le jor de Noel li Patriarches sacra le conte Baudoin et corona a roi devant tous les barons et les prelas de la terre le clergie et le pueple dedens leglise de Bethleem.

Tancre vit que li cuens Baudoins fu rois et sires de la terre; il avoit du don que li dux Godefrois li avoit fet la cite de Tabarie et cele de Cayphas. Il navoit mie oublie le tort ne loutrage que Baudoins li avoit fet a Tarse la cite de Cilice; ses cuers nen estoit encore bien esclarcis vers lui; por ce ne vout estre ses hom quant il ne lamoit mie; aincois vint avant et toute la terre si com il la tenoit du fie le Roi li lessa en sa main puis prist congie et sen ala vers Antioche.

Mout desplut aus barons de Surie de ce que li Rois len lessoit einsi partir; mes il ni mist autre force.

VIAF ID: 44303515 (Personal)

Tuit cil dantioche grant et petit avoient pluseurs fois envoie querre Tancre et li mandoient que il venist garder et gouverner le prince tant com Nostre Sires voudroit que leur sires fust en prison: car sil mouroit sans oir la terre li devoit escheoir; por ce bien estoit raisons que il sen preist garde. Quant il vint en Antioche a grant joie fu receus de tous la seignorie de la terre ot en sa main et tuit li obeirent. Li rois Baudoins dona la cite de Tabarie que cil avoit lessiee a un haut home bon chevalier Hues de Saint Omer ert apeles.

Et lors fu enpais li roiaumes de Surie quatre mois. Force navoit mie grant ne pooir de gent li Rois: mes il avoit lessiees gens par les marches por espier et enquerre le covine de ses anemis. De ces aucun orent envoie a lui por quoi li Rois prist genz sodeinnement tant com il pot avoir et passa le flun Jordain que nus ne sen prist garde. En la terre darabe vint entra ez desers jusque il fust a un leu que ses espies lui orent nomme. Il lessa anuitier; puis entor mienuit il et sa gent corurent sus a une grant assemblee de Turs qui estoit ilec en paveillons et en loges; leur femmes et leur enfans chevaus et bestes avoient a grant plente avec eus.

Haus homes de leur loi i avoit assez qui saperceurent que nostre gent venoient plus tost que li autre; cil monterent sur leur chevaus et sen alerent au ferir des esperons. Li nostre se ferirent ez heberges: aucuns Turs i trouverent quil ocistrent; femmes et enfans pristrent; chamaus asnes chevaus autres bestes gaaignerent trop; robes et paveillons trousserent; or et argent troverent assez: mout firent ilec riche gaaing.

Il avint tandis com il sen retornoient mout joieus une haute dame femme a un puissant amirant de la terre sen venoit avec les autres prisons et lavoit len mise sur un chamal; mes ele estoit grosse si que li tens et leure estoit venus quele devoit avoir enfant. Mout comenca a soufrir grant doleur de son ventre si quelle cria; len le dist au Roi qui chevauchoit pres dilec. Quant il loi tantost i acorust; mout ot grant pitie de cele dame; mout doucement la fist descendre de desus le chamal; biau lit li fist atorner ilec de materas de coutes pointes de blans dras; por ce que len ne trouva mie prestement covertoir il la covri dun mantel vert qil avoit a son col sur larmeure.

Viande li lessa a grant plente et bouciaus de vin et deaue et une seue baiasse li rendi deus femelles de chamaus li leissa por trere le let; einsi la lessa puis sen parti avec son ost. Ce jour meismes cil grans amirans qui mout fu angoisseus de sa femme nomeement por le peril que il savoit quele estoit pres de sa gesine quant il en vit le Roi partir et son ost tantost se mist apres por encerchier sil poist oir noveles de la rien du monde que il plus amoit. Tant ala chevauchant que il la trova. Lors ot joie trop grant quant il parseut que li Rois li ot faite ceste debonerete; de pitie comenca a plorer; le Roi beneissoit mout et looit; sur toute rien desirroit en son cuer que il poist venir en point et en leu ou il feist le Roi bonte et servise.

A toute la gent meismes de France ot il des iluec en avant bon cuer et debonnere. Tel point revint puis que il rendi bien au Roi ceste bonte. Renomee ala mout grant par tout le monde de la grant bonte que Nostre Sires avoit faite por les barons qui le pelerinage doutre mer avoient empris coment il avoient toutes terres conquises tanz anemis de la Crestiente mis au desous.

Antoine de Saint-Exupéry

Mout en furent gens esmeues meismement eu regne de France. Trop desirroient a veoir les sains lieus de Jherusalem ou len pooit ore entrer delivrement. Mains en i avoit qui por ce que li baron qui avoient ce fet estoient si ennore et tant prisie convoitoient mout a emprendre grant fes et a sivre ces vaillans homes.

Por ce parlerent ensemble li baron qe vos orreiz nomer apres et pristrent les croiz pour fere ce haut pelerinage du Sepucre. Li graindres et li plus riches fu Guillaumes li cuens de Poitiers et dux daquitaine. De cele emprise meismes fu Hues li Maines freres le roi Phelipe de France et cuens de Vermandois: il avoit este en la premiere muete jusque Antioche fu prise; apres ala en Constantinoble en message puis sen retorna en son pais car il avoit despendu son avoir et assez acreu de lautrui.

De cele compaignie refu li cuens Estienes de Chartres et de Blois sages hom et de grant conseil. Icist si com vos oistes desus sen parti honteusement dantioche por peor de bataille que il doutoit; or sestoit porpenses que il navoit mie fete senneur; por ce sefforcoit mout de retorner a grant plente davoir et a bele compaignie de gent. Avec ceus se croisa Estiennes dux de Bourgoigne haus hom et puissant. Mains barons i ot et chevaliers pluseurs sergens assez et grant plente de menue gent qui ceste voie empristrent.

Chascuns sapareilla de ce que il pot. Au jor que li Baron orent devise entreus sesmurent tuit et mistrent a la voie. Il sivirent les pas des premiers pelerins et tindrent leur voies jusque il vindrent en Costantinoble. Li empereres Alexes les receut mout ennoreement. Iluec troverent le conte de Toulouse qui mout grant leu avoit tenu eu premier ost des pelerins.

Icist si com je vos dis avoit lessiee sa femme et mout grant partie de sa mesniee a Lalische; a lempereur de Costantinoble estoit venus por lui requerre aide car il avoit propose a conquerre sur les Turs en Surie une cite ou plus se Dame Dieus len donoit laventure quil i remainsist en son domaine; porce que il navoit mie proposement de retorner james en son pais aincois desirroit a morir eu pelerinage que il avoit empris.

Mout orent grant joie li baron qui de France venoient quant il le troverent en Costantinoble. Il pristrent congie tuit ensemble a lempereur qui touz les chargea de grans dons; puis passerent le Bras Saint Jorge o toute leur gent et firent ausi come leur maitre le conte de Toulouse; puis vindrent a Nique la riche cite de Bitine ausi come li premerains oz i estoit venus. Assez avez oi desus coment li empereres de Costantinoble avoit envie grant et haine sur la gent de France qui passoient par sa terre por aler en Jherusalem.

Les derreniers pelerins ennora il trop et semblant leur mostra de grant amor; mes par darriers leur porchacoit tout le mal que il pooit. Messages envoioit aus Turs qui estoient leur anemis et leur fesoit asavoir par ou il passeroient et quant; mout les amonestoit par letres et par messages que il se penassent efforciement de destorber ce grant pueple qui por eus fere mal estoit venus de si lointain pais.

Einsi les traissoit li Empereres et sembloit lescorpion qui par devant ne fet nul mal et point de la queue. Tant fist asavoir le covine de cele bone gent aus mescreans qui mortelment les haoient que il se porchacierent partout; jusques en Orient envoierent il querre sodoiers et assemblerent mout grant chevauchiee sur le chemin par ou il sorent que nostre gent devoient passer. Cil ne savoient mot de la traison ne ne furent mie a un acort; ains se departirent li un des autres ne nalerent mie une voie si come li vaillant home avoient fet devant eus; por ce leur fist len grant honte et let damage; car li Tur qui estoient tuit porveu deus mal fere les guetierent et troverent devises si leur corurent sus et en ocistrent que petis que grans entre homes et femmes bien.

Le charroi et les somiers retindrent tous si que cil qui eschaperent de locision senfoirent tuit nu et povre; car tout avoient perdu ce quil aportoient. Au derrenier vindrent en Cilice li un avant li autre apres en tapinage reponant entre montaignes et buissons. A la greigneur cite de cele terre qui a non Tharse senfuirent car ele estoit de nostre gent.

Ilec de duel et de travail prist maladie au vaillant home Hue le Maine et fu mors en cele ville: enterrez fu en leglise monseigneur saint Pol lapostre qui nasqui en cele cite; mout i ot grant duel le jor en cele compaignie. Cinq jors sejornerent por eus atorner si come il porent; puis repristrent leur chemin tant quil vindrent en Antioche.

Tancrez qui gardoit la terre les receut a mout grant joie et sicom il estoit sages et cortois enneur leur fist assez et granz presenz leur envoia meismement au conte de Poitiers qui estoit li plus hauz hom et li plus poissanz en son pais; et le greigneur domage li avoit len fet en cele desconfiture car il i avoit le tout perdu.

Pour ce li fist il maintes grans bontez. Il orent au derrenier grant desirrier de parfere leur pelerinage et de visiter le Sepucre et les sainz leus de Jherusalem; por ce se departirent diluec. Cil qui orent chevaus sen alerent par terre li autre se mistrent en mer; apres se rassemblerent a une cite sur la marine qui a non Tortose. Li cuens Raimons de Toulouse vit lestre de cele cite et connut bien quele porroit estre prise sans grant sejor; por ce leur loa que il ne passassent mie outre aincois lasseissent.

Il le crurent et assaillirent la cite; si la pristrent dedenz brief tens. Tuit cil qui estoient dedens furent ou mort ou pris; armes et chevaus et richesces granz i gaaignierent qui bien leur avoient mestier: tout departirent entre eus. La cite donerent au conte de Toulouse puis se mistrent a la voie. Li Cuens remest por garder et por enforcier la ville.

Mout leur desplut quand il perdirent sa compaignie et grant peine mistrent que il les convoiast jusquen Jherusalem: mes il nel vout. Tandis com cil pelerin se contenoient einsi entor les parties dantioche li rois de Jherusalem ne voloit mie estre oiseus aincois se traveilloit mout et metoit grant peine coment il poist eslargir son roiaume en la terre que li Tur tenoient.

Au comencement du novel tens estoit arrivee eu port de Japhe une navie de Genevois: li Rois et tuit cil de cele cite les receurent a mout grant joie; et por ce que la feste de Pasques estoit prez il trestrent leur nes de la mer a seche terre puis alerent en Jherusalem; car il voloient estre par ces bons jors en la sainte cite. Quant il orent fet la feste de Pasques li Rois fist a eus parler sages homes de son conseil et fist essaier aus chevetaines des nes quil clamoient conses et encerchier quel proposement il avoient savoir se il voloient retorner en leur terre prochainement ou se il vouroient demorer eu servise Nostre Seigneur avec le Roi qui volentiers leur donroit soudees resnables.

Cil pristrent conseil entreus et respondirent que par cele entencion estoient il meu de leur pais que il demorassent en la terre une piece du tens por essaucier la Crestiente et le pooir des Turs abessier; se li Rois leur voloit teus sous livrer que il sen poissent sostenir et des gaains departir avenablement volentiers i demorroient. Li Rois en fu mout liez et tant parlerent entreus que leur covenances furent acordees et fermees par serment et par letres.

Li Rois les asseura bien que tant come il vodroient demorer en la terre o leur navie se len gaaignoit sur leur anemis cite ou chastel que il laidassent a prendre la tierce partie de tous les muebles quon gaaigneroit leur seroit delivree sanz contenz a departir entreus: li Rois auroit les deus parz. Par dessus ce en chascune cite qui seroit conquise len leur donroit une des bones rues de la ville qui touzjorz mes seroit a ceus de Genes. En ceste maniere remestrent. Li Rois qui estoit bons crestiens et de grant cuer vit que il avoit assez genz et se fia en laide Nostre Seigneur.

Si assembla tant de gent com il pot avoir des citez qui a lui se tenoient et mut o tout son pooir a cheval et a pie tant que il vint a un chastel qui siet en la marine Arsur a non et lassist par mer et par terre. Cis leus fu jadis apelez Antipatre por enneur de pere Herode qui ot non Antipater.

Il i avoit grant plente de praieries et de boschages entor ce chastel. Cestui meismes avoit assis li dux Godefroiz en lan devant que il trespassast de cest siecle mes il navoit nules nes ne il ne li pot mie tolir lissue par la mer; por ce se parti dilec sanz plus fere. Quant li Rois ot assis ce chastel il fist fere une tor de granz tres et clorre mout bien de cloies puis la fist trere a mout grans travaus pres des murs.

Lors monterent tant de gent desus por la grant angoisse que il avoient dassaillir que li chastiaus de fust qui estoit foibles froissa tout et chei a terre. Bien i ot que morz que bleciez jusque a cent des noz; aucun cheirent sur le hordeiz des murs de la ville que li Tur pristrent et tantost les pendirent voiant nostre gent aus forches que il drecierent sur les murs.

Nostre gent en orent mout grant desdaing et grant corrouz por ce comencierent a assaillir si asprement come se chascuns preist touz seus le despit sur soi. Il drecierent les eschieles aus murs si que cil dedenz ne se savoient de quel part garder.

Category: New Acquisitions

Mout avoient grant peor que il ne veissent les noz sur les murs tantost avec eus; il se desespererent et envoierent au Roi messages. Si firent tant vers lui que il les en lessa aler hors touz saus et mener leur femmes et leur enfanz; leur muebles emporterent et les fist conduire jusqua Escalonne. Il entra eu chastel darsur qui nestoit mie gueres damagies puis le garni mout bien de gent darmes et de viandes; puis sen parti dilec. En cele marine meismes siet une cite qui a non Cesaire. Ele fu apelee anciennement la Tor Straton; mes li vieus Herodes la crut mout et amenda de riches heberjages; et por lenneur dauguste Cesar vout quele fust apelee Cesaire et por lenneur de celui meismes establi que ce fust la mestre cite de la seconde Palestine.

Cest uns lieus qui a grant plente de bones eaues coranz; por ce i sont li bon cortillage. Ni a mie port de mer et si trovons nos lisant que Herodes qui ama la ville se traveilla trop et mist merveilleus coust coment nes si poissent reposer; mes nen pot venir a chief. Quant li Rois vint la o tout son ost par terre et la navie laloit costoiant par la mer il assistrent cele cite de toutes parz; tantost drecierent perrieres et mangoniaus assez et comencierent grosses pierres a giter aus hordeiz des murs et des tors et fere granz frois de mesons parmi la ville. Devant les portes aus barbacanes leur fesoient sovent li nostre de granz assauz de pres aus glaives et aus espees si que dedenz ne dehors li Tur ne pooient avoir seurte ne repos.

Endementres li nostre firent un chastel de fust mout fort qui estoit plus hauz que toutes les tors de la ville si que cil qui estoient eu derrenier estage pooient viser a trere dars et darbalestes la ou leur plesoit en la cite; einsi dura cil assauz quinze jors. Au derrenier saperceurent nostre gent que cil de la ville estoient mauves et coart et mol et desausez darmes por la longue pais quil avoient eue; de jor en jor les trovoient aus defenses plus fains et plus lasches si que bien virent quil estoient tuit lasse des travaus que il avoient souferz.

Por ce sentrecomencierent li nostre a sentresemondre et haster de bien fere; tuit ensemble aprochierent des murs et drecierent eschieles; si comencierent li nostre a assaillir si asprement que cil de la cite sen esbahirent tuit et se desconfirent si par eus por la poor de mort quil avoient quil ne sosoient mostrer aus murs. Quant nostre gent le sorent il saillirent sus tantost en pluseurs parz porprenent les murs et les torneles. Une partie deus descendi en la cite puis ovrirent les portes la endroit ou li Rois estoit dehors; si que il entra enz o toute sa bataille.

Lors veissiez les pelerins par la ville corre et metre a mort quanque il encontroient des Turs petiz et granz. Les mesons brisoient; premierement estoit ocis li sires et toute sa mesniee; apres brisoient les huches et les huis por trover les gaanz richeces de quoi il i avoit trop. Assez i avoit des Turs qui cuidoient eschaper vis; por ce transglotissoient les besanz ploiez et les riches pierres precieuses. Quant nostre gent le sorent si comencierent tout a ocirre et cerchoient les boiaus ou il trovoient tele eure fu grant avoir; por ceste achoison en i morut mainz que len eust garde vis se ce ne fust.

Repostaille queroient li citeien de la ville par tout la ou il cuidoient eschiver la mort. Il avoit en une des parties de la ville un temple que Herodes avoit jadis fet eu non dauguste Cesar et estoit de trop riches euvres fez touz peinz a or musique. La sestoient feru de ceus de la ville tant come il en i pooit entrer; il cuidoient estre a sauvete por ce que cestoit leu doroison. Nostre gent a pie brisierent ce temple puis entrerent ens li un et li autre tuit ensemble; touz les ocistrent quanque il en avoit.

Du sanc i avoit tel plente que len i avenoit jusques en mi la jambe. Hideurs estoit trop grans de veoir ensemble tantes genz ocises. La dedenz fu trouvez uns vessiaus de pierre verz et clers assez de trop grant biaute fez einsi come uns tailloers. Li Genevois cuiderent et cuident encore que ce soit une esmeraude; por ce le pristrent a leur part du gaaing de la ville por trop grant some davoir; il len aporterent a leur cite et mistrent en la mestre eglise ou il est encore. Len i met la cendre que len prent le premerein jour de caresme et le mostre len einsi come por une riche chose; car il dient veraiement quil est esmeraude.

Einsi furent ocis cil de la ville. Puceles et enfanz petiz i garda len aucuns touz vis. Lors fu comande de par le Roi que touz li gaains fust aportez en un lieu. Quant ce fu fet li Genevois orent leur tierce partie; li Rois prist les seues deus. Ilec premierement avint que li pueple des pelerins qui avoit este povres et soufraiteus au venir devint riches et combles de ce grant gaaing quil avoient fet en la ville.

Len amena devant le Roi les deus baillis de la ville: li uns sentremetoit de garder la forteresce et datirier les choses qui apartienent a guerre. Teus bailliz a non en leur langage Emir: li autres sentremetoit de tenir les plez et de fere droit a ceus de la terre qui avoient contenz entreus et cil a non el pais Cadus. Len dist au Roi quil auroit de ces deus grant raencon; por ce comanda quils fussent mis en aneaus et bien garde. Li Rois navoit mie grant loisir de sejorner ilec car si grant afere come il avoit par la terre ne le lessoient mie gramment reposer.

Aincois quil sen partist fist il eslire arcevesque en la cite un clerc qui avoit non Godefroi de son pais estoit et avec le duc Godefroi estoit venuz en pelerinage. Lors lessa de sa gent tant com mestiers fu por garder la ville; et il sen ala hastivement vers Rames. Rames est une cite assise en mout grant plains assez pres dune autre qui a non Lidde. Len ne trueve mie que ceste soit mout anciene citez; aincois dient les estoires que puis le tens Mahomet li prince darrabe la fonderent. Eu tens que li pelerin vindrent en la terre ele estoit grant cite bien close de murs et de torneles et mout i avoit plente de gent.

Mes puis que nostre baron se comencierent a espandre par le pais cil qui dedens estoient se douterent porce que la ville nestoit mie aceinte de fossez et devant la porte navoit nules barbacanes. Pour ce ne soserent fier en teus forteresces si sen foirent dedenz Escalonne qui estoit mieuz fermee. Quant li Rois et nostre gent vindrent devant cele ville il la troverent toute vuide. Quant il entrerent enz bien virent que trop estovroit a lessier de gent por tenir si grant ville; por ce firent a une part de la cite un chief de chastel et fu mout hastivement fete cele forteresce bien close de mur et de fosse; puis mistrent dedenz bone garnison.

Une renomee coroit par la terre qui nestoit mie mout loing de la verite. Car bien fu seu que li califes degypte avoit un suen connestable envoie atout mout grant plente de gent vers Escalonne a qui il avoit comande si come il estoit sires et poissanz que il alast hastivement vers ces parties et quist tant que il trouvast ce pueple povre et chetif qui de lointeines terres estoit venus por troubler son roiaume.

Grant desdaing avoit por ce quil estoient ose entrer en sa terre; por ce li comandoit si chier com il avoit son cors que il ni remainsist nul que il noceist ou li amenast en liens. Cil sen vint por fere le comandement son seigneur; de chevaucheeurs amena onze mille de genz a pie vinz mille. Quant li Rois oi ceste novele ce fu la chose por quoi il se parti plus tost de Cesaire car il douta que cele gent se fiassent tant de leur pooir que il venissent gaster la terre entor Jherusalem. Por ce vint en la ville et les atendi bien un mois.

Mes quant il vit que il ne vendroient mie il sen retorna a Japhe. Quant ce vint le tierz mois apres la gent degypte de quoi vos ai parle douterent mout le courrous a leur seigneur porce quil avoient tant sejorne; si atonerent leur genz et deviserent leur batailles por entrer en la terre le Roi et por combatre a lui se il les osoit atendre.

Quant li Rois sot ceste novele par les espies que il avoit il se hasta de concueillir tant de gent com il pot avoir et assembla son ost entre Rames et Lidde. Il ot deus cenz et soissante chevaucheeurs por tout; de genz a pie neuf cenz: et quant il sot que leur anemis chevauchoient encontreus il fit de sa gent sis batailles et sadreca la ou il les sot. La vraie croiz aloit avant que uns abes mout religieus portoit en ses mains. Tant chevauchierent que il sentrevirent; et li Rois qui estoit mout bons crestiens pria Nostre Seigneur de vrai cuer que il par sa sainte pitie feist miracles celui jor por ennorer sa foi; car bien savoit len que combatre de si petit pueple a cele grant gent nestoit mie emprise dont len poist venir a chief se il ni vouloit ovrer.

Quant il ot einsi fete soroison tout autresi come se Nostre Sires li eust envoie son secors et saide fu il seurs et hardis. Lors comanda que sa premiere gent poinsissent de par Dieu et se ferissent en leur anemis: cil le firent isnelement. Lors comenca la bataille fiere et cruele: onques mes ne vit len si poi de gent tant fere darmes.

Li Tur se defendirent mout asprement: bien savoient que deca et dela sur leur testes estoit la besoigne. Les premieres batailles des Turs desconfirent une des noz et les mistrent a la voie; tant la chacierent quil ocistrent presque touz ceus qui la estoient. Les autres batailles de nostre gent se contindrent mout bien toutes assemblerent assez en ocistrent de leur anemis. Li Rois aloit parmi les presses et se prenoit garde liquel avoient greigneur mestier daide; la se demoroit et fesoit merveilles darmes; touz les passa le jor par droite proesce.

Il refreschissoit touz les cuers a ceus qui regarder le vouloient. Mout ot la bataille longuement dure tant que leur chevetaines li connestables au Calife qui les Turs i avoit amenez fu ocis; lors se desconfirent ses genz et tornerent en fuie. Quant li Rois vit cele desconfiture mout ot grant joie: lors comanda a sa gent si chier com il avoient leur vies que nul nentendist au gaaing aincois chacassent ceus qui senfuioient et oceissent quanque il porroient aconsuire. Il meismes estoit premiers et tout abatoit quanque il ateignoit.

Bien dura cele chace huit miles jusquil vindrent devant Escalonne et que il comenca a anuitier. Lors fit li Rois sonner ses trompes por retorner sa gent et vint eu champ ou il avoient assemble come cil qui avoit par victoire la place gaaignee. Au matin departi le gaaing a sa gent tout a leur gre. Len trouva que des Turs i avoit bien ocis cinq mille; et des nos quant len le conta fu trove quil en failloit soissante et dis a cheval: de la gent a pie en i ot plus perdu.

En la chace que je vos dis que li Tur avoient fete dune de nos batailles il les sivirent ociant jusque vers Japhe; il orent concuelliz les hiaumes et les escuz et les armes de ceus quil avoient ocis et vindrent devant la cite que nostre gent tenoient et leur distrent quil rendissent eus et la ville come cil qui plus ne se pooient tenir; car li Rois estoit morz et touz ceus que il mena avec lui en la bataille ou morz ou pris: ce pooient il bien savoir par les armes de leur gent que il leur montroient qui bien estoient conneues. La Reine estoit en la ville; quant ele oi que len disoit bien cuida que voirs fust einsi le cuidierent tuit cil qui la estoient.

Lors comenca un duel si grant come len devoit fere de tel perte come li Tur leur avoient dite. Li Sarrazin cuidoient vraiement que il fust einsi come il avoient dit. Li sage home qui estoient dedenz la cite de Japhe pristrent conseil et distrent que il estovoit que len envoiast hastivement a Tancre qui tenoit le prince dantioche et li mandast len que la Crestiente de la terre estoit toute perdue se il ni metoit conseil.

Li Rois ot jeu si com je vos ai dit eu champ de la bataille.


  1. L'évolution de la divortialité et le statut de l'enfant - Persée!
  2. Le Tresor Du Temple!
  3. Similar authors to follow?
  4. The East Watchpost!
  5. Nocturne I (German Edition).
  6. Quant il fu ajorne si en remena sa gent vers Japhe. Lors avint que tandis com il sen aloient li Tur qui si avoient le jor devant effree la cite de Japhe et sestoient logie devant au matin sen retornerent vers leur gent. Quant il virent de loing le Roi venir atout son ost certeinnement cuiderent que ce fussent li leur qui venissent asseoir la cite car de la nostre gent ne pensoient il quil fust nule parole que touz les tenoient por ocis.

    Li nostre les virent venir qui les connurent bien et sadrecierent vers eus. Li Rois touz premerains feri des esperons sa gent le sivirent il troverent ceus si esbahiz que tantost les desconfirent: une partie senfoi les autres ocistrent aucuns en amenerent pris a Japhe. Lors saprocherent de la ville ou len faisoit grant duel. La novele vint a ceus dedenz que genz venoient la; il monterent aus murs et aus fenestres; tant furent la que il virent le Roi et sa gent; lors firent joie si grant come se chascuns fust resuscitez de mort. Il corurent encontreus parmi les portes hors de la ville.

    Lors conterent leur mauveses noveles quil avoient oies et volentiers oirent les bones que cil aportoient. Il entrerent en la cite. Grant fu la feste que il firent cele nuit et la joie plus enterine apres le duel. Quant li Rois sot qe la Reine et li preudome de la ville avoient envoie messages a Tancre que il les venist secorre que la terre estoit en si mauves point come len leur avoit dit il prist autres messages et les envoia a lui et porterent ses letres en quoi il le fist certain des bones aventures que Nostre Sires li avoit donees. Cil message troverent Tancre le vaillant qui ja sapareilloit mout de venir vers Jheusalem; mes quant il oi ces nouveles il tendi ses mains vers le ciel et mercia Nostre Seigneur des granz biens qil fesoit a son pueple.

    Coment li Baron vinrent en Jherusalem et sen voustrent retorner en leur pais. Grant piece orent demore li baron qui darreinement venoient de France par Antioche. Li Rois oi noveles deus que il ne pooient passer vers Jherusalem et douta mout que li Tur ne leur feissent encombrier au flun du Chien; pour ce prist avec lui genz a cheval assez et savanca por prendre ce pas aincois que leur anemis i poissent venir. Ce ne fu mie trop legiere chose a fere que aincois que il venist a ce lieu lestut a passer par force delez quatre citez de Sarrazins granz et forz et bien garnies: lune fu Acre lautre Sur la tierce Saiete la quarte Baruth.

    Quant li Rois leur ot gaaignie ce passage li baron vindrent qui la sestoient areste: Guillaumes li cuens de Poitiers et dux daquitaine; Estiennes li cuens de Blois et de Chartres; Estiennes li dux de Borgoigne; Joufroiz li cuens de Vendosme; Hues de Lisimare freres le conte de Toulouse et pluseurs autres barons et chevaliers qui mout furent joieus de ce que la voie leur fu delivree et de ce meismement que li Rois leur estoit venuz a lencontre qui conduire les vouloit jusques a la sainte cite. Mout sentrebesierent quant il sentrevirent ensemble si com il sentreconnoissoient.

    Ne leur chaloit mes des pertes ne des travaus quil eussent soufert porce quil estoient en si bon point de parfere leur pelerinage: si sen alerent droit en Jherusalem tuit ensemble. Porce que li jors de la Pasque estoit pres la se demorerent et firent la feste. Quant il orent sejorne un peu de tens apres distrent quil sen vouloient retorner en leur pais nomeement li cuens de Poitiers qui avoit perdu tout son avoir en Romanie ne trover ne pooit emprunt de quoi il vesquit en la terre; autresi li dui Estiennes de Blois et de Borgoigne.

    Tuit sen vinrent a Japhe por entrer ilec en mer. Li cuens de Poitiers entra en sa nef; delivrement passa et sans encombrier vint en son pais. Li cuens de Blois et li dux de Borgoigne entrerent en une autre nef. Quant il orent ja este ne sai quanz jors sur la mer une tempeste les prist qui les ramena arrieres et par force les fist flatir eu port de Japhe. Il les estut ilec a sejorner jusque teus vens venist qui les partist du port.

    Tandis li Tur descalone assemblerent tant de gent com il porent avoir et des leur et de ceus qui estoient eschape de la bataille; tant quil furent bien. Lors entrerent en la terre a grant orgueil entor Lidde et Rames. La novele en vint au Roi; il se hasta plus que il ne deust nenvoia mie querre ses genz des autres citez; ceus meismes qui estoient en la ville natendi il pas ainz se fia plus de soi que mestiers ne li fust.

    Il monta et sen issi; a peines avoit avec lui deus cenz chevaucheeurs. Li cuens de Chartres li dux de Borgoigne et leur compaignons qui la estoient distrent que il ne leroient mie le Roi einsi aler sans eus; meismement de la besoigne Nostre Seigneur se devoient il entremetre ausi com li autre. Navoient mie chevaus por ce les quistrent et les porchacierent a prester et a loer en la ville si come il porent; tant que il furent monte et lors issirent hors. Li Rois qui estoit trop alez avant a grant desroi quant il ot aprouchiez ses anemis si sesmerveilla de la grant plente de gent que il avoient et se comenca a repentir de ce quil estoit tant alez avant; mes si estoit ja pres deus que hontes li fust se il retornast arrieres et grant cuer donast aus Turs se il por peril de mort les eschivast.

    Cil qui estoient en lost des Sarrazins plus sages darmes et mieuz connoissanz virent que li nostre venoient a desroi plus quil ne souloient mie fere et que il les aprouchoient sanz tenir route ne bataille: si en orent mout grant joie et greigneur esperance deus desconfire.


    1. Im the Other Man in My Own Marriage!: A Frustrating and Funny Look at Family Living;
    2. Shenaz Patel.
    3. Practical Sight Reading Exercises for Piano Students, Bk 2.
    4. Por ce vindrent en conroi tuit ensemble et corurent sus aus noz que il troverent esparpelliez; mout en ocistrent car il ne pooient pas soufrir les fes de si grant route. Nequedent bien virent que noiens estoit deschaper; si se penoit chascuns de soi bien vendre. Lors les veissiez ferir entre ces presses com genz desvees mout en ocistrent tant que li Tur sen esbahirent tuit et pres furent de retorner arrieres; mes quant il se rapenserent que li nostre estoient si pou et li leur tant si repristrent cuer et se comencierent a entresemondre de bien fere.

      Lors corurent sus a ceus qui remes estoient des noz si les desconfirent; mout en ocistrent le remenant senfoi a Rames ou il se cuidierent garantir. Ilec furent ocis li dui Estienne li cuens de Blois et li dux de Borgoigne et mainz des autres que baron que chevalier. Mes du conte Estienne fu il mout grant joie de ce que il morut si ennorablement; car il estoit hauz home et sages: grant travail avoit soufert et larges despense fetes par deus foiz en cest pelerinage.

      Sanz faille ne sestoit mie bien partiz dantioche dont lede parole avoit este sur lui deca mer et dela; mes bien fu semblant que Nostre Sires le li eust pardone qui tant prist a gre son servise que il soufri que il morust en lui servant.

      Le Petit Prince

      Por ce le doit tenir li siecles a baron haut et ennore car du meffet qui puis fu si rachetez ne doit estre sur lui ne sur son lignage james honte ne reprouches. Si come li autre sen alerent a Rames de la bataille li Rois se mist dedenz avec eus; car li pais estoit si couverz de Turs que il ne vit mie coment il peust eschiver la mort en autre maniere. Mout fu corouciez de la perte que il ot fete trop fu en grant angoisse coment il porroit garantir soi et les autres qui avec lui estoient; car la forteresce en quoi il estoient receu estoit mout foible et bien savoit que il ne porroit pas contretenir la grant plente de gent qui dehors estoit.

      Mout en fu pensis en son lit. Entor mienuit se parti de lost des Turs celeement uns des hauz princes darrabe cil cui femme li Rois avoit si debonnerement atiriee quant ele dut avoir enfant en la chevauchiee que il avoit fete; mout len savoit bon gre guerredon len vouloit rendre en ce point ou il estoit. Il vint a Rames et parla en bas a ceus qui sur le mur estoient et dist quil avoit a parler au Roi paroles privees que il ne voloit dire sa lui non.

      Len le fist savoir le Roi qui ne dormoit mie. Il le fist venir avant; cil parla a lui et li dist quil estoit li mariz a cele dame cui il fist si grant bonte quant ele en ot mestier; por ce se recognoissoit mout a redevable vers lui et par grant peril estoit venuz por li dire quil sen issist hors de cele forteresce car sans faille li Tur avoient pris conseil que eus au matin vendroient por prendre cele ville car ele ne se porroit tenir sans aide a eus; devise avoient que tuit cil que len troveroit dedenz seroient livre a mort: por ce looit mout au Roi que il sen alast avec lui car il le metroit a sauvete com cil qui bien savoit le pais.

      SI J’ÉTAIS UN HOMME Bande Annonce (Comédie, 2017)

      Li Rois vit que tout estoit perduz se il estoit leanz ou morz ou pris; por ce se fia en celui et sen issi a pou de compaignie car li Turs li avoit bien dit que se il menoit gueres gent si anemi sen apercevroient et porroit estre destorbez. Il sen alerent ensemble tant quil vindrent aus montaignes. Quant li Rois fu asseur cil se parti de lui mout le mercia et son servise li offri en touz leus ou il li porroit valoir. Li oz des Turs fu en mout grant orgueil por la victoire quil avoient eue.

      Au matin assistrent la cite de Rames entor; hardiement lassaillirent et la pristrent par force; de ceus quil troverent dedenz firent leur volente le plus en ocistrent aucuns enmenerent liez en prison. Si grant ocision de gentieus homes navoit este eu reigne de Surie en un jor jusqua ce tens. Mout en fu afebloiez li pooirs de la Crestiente en cele terre. Cil qui plus savoient de lestre du pais en estoient plus esmaie et pensoient a foir de la terre porce que peril estoit de remanoir iluec.

      Tout eussent lessie le roiaume sanz defense se Nostre Sires par sa bonte ni eust mis conseil; car li pueples de la nostre gent estoit ja mout petiz. Probablement, mais je me pose la question. Poursuivons l'examen. Encore faudrait-il qu'il y ait un acte d'acquisition pour tous les biens. Cela va de soi. Tout d'abord, je n'ai pas vu de dispositions sur ce qui se passera si quelqu'un signe un PACS et devient ensuite incapable. Des dispositions existent sur le divorce des incapables.

      File:Dom Félibien trésor de ejuliwaqyd.cf - Wikimedia Commons

      En vieillissant, elles peuvent avoir envie de changer d'avis mais, comme elles sont devenues incapables, on ne sait plus ce que cela va donner. Je ne vous apprendrai pas, mesdames et messieurs, que la question du vieillissement est une question essentielle en France. C'est une question qu'il faudra poser. Rien sur les aliments.

      S'agissant d'aliments, je ne comprends pas trop ce qu'on pourra condamner, qui on pourra condamner et comment. D'ailleurs, quel statut s'appliquera? Est-ce un contrat, ou cela reste-t-il un fait dont la loi veut bien tenir compte? La jurisprudence va-t-elle, au contraire, en profiter pour les exclure encore un peu plus? La question que posait votre rapporteur il y a quelques minutes est sans doute essentielle.

      C'est absurde! Il n'y a aucune raison Je suis assez inquiet de ce contentieux. Puisque l'on ne peut pas avoir communication du document et que seule l'administration peut l'avoir? D'abord, on ne sait pas de quel juge il s'agit. Si c'est pour dire cela, on n'a pas besoin d'un texte. Un simple article, c'est quelquefois beaucoup plus simple. Le reste, c'est Ici, ce sera le tribunal de grande instance.

      Ou alors la commission des lois le fera. Il est clair que nous irons plus loin. Nous ne manquerons pas de le faire. C'est le moins que l'on puisse dire. C'est une critique d'ordre technique. Par ailleurs, est-ce la bonne? Sur quoi statue-t-on? La non-reconnaissance, dans le Code civil, du couple homosexuel, n'est aucunement un jugement moral. Ils sont otages d'un texte, un point c'est tout. Faut-il encore un mariage?

      Soyons clairs. Autrement dit, c'est dans l'intention d'encourager le mouvement, ou bien en vue de maintenir l'ordre. Demain, n'en doutons point, c'est un autre pas qu'il nous faudra franchir. Faute d'arguments politiques, c'est trop souvent aux sciences humaines qu'on emprunte leurs raisons. Bref, il est des exceptions. Mais elle ne nous interdit rien, au nom de lois de la culture. En conclusion, j'en proposerai trois.

      Et c'est l'affaire de tous. Ces enfants et leurs enfants nous demanderont demain des comptes de nos engagements d'aujourd'hui. Je vous remercie. C'est un peu cela que vous venez de nous dire. Coq et Fassin. Fassin que de ce qu'a dit M. Mme Nicole Borvo. La question est de savoir comment il en parle. Il serait illogique de le faire en affaiblissant la famille par des institutions alternatives. Que certaines personnes conduisent leur vie autrement, c'est un fait.

      On a dit oui ou non au PACS. C'est sans doute la raison de l'importance prise par le concubinage et de l'union libre. Jacques Bimbenet. Olivier Abel. Coq ce matin. Nous ne supportons que l'enthousiasme unanime ou le libre consentement. Pour autant, tout est-il permis?

      La condition humaine est entre nos mains. Je ne pense pas qu'on va changer grand-chose. On pourrait discuter de telles choses, mais cela ne changerait rien fondamentalement. Je ne dis pas du tout cela pour attaquer la famille. La filiation est devenue le seul lieu de notre assurance face au temps. Je sais que chacun, dans son propos, poursuit un objectif. Il va construire une arche.

      La loi de famille est une loi de nature. C'est notre loi. En tout cas, pas chez les croyants. Sans doute, M. Les religions. Le terme n'existe pas. Mais il est dit ce que faisait le peuple de Loth a encouru le courroux de Dieu. Nous sommes devant un fait pluriel. Ici, les protestants sont apparemment assez unanimes pour penser que non.

      Le lien entre un parent et un enfant n'est pas un contrat, ce n'est pas contractualisable. Est-ce votre conception, ou celle du protestantisme? C'est pourquoi Calvin autorise le divorce. Vous demandez pourquoi le mariage n'est pas un sacrement. Merci de votre attention. Je me situerai uniquement sur un plan clinique et scientifique.

      Je ne suis pas juriste. C'est le premier point. Allons un peu plus loin. S'il y a des abus, on les retrouve bien entendu dans des tas d'autres configurations. Nous n'avons pas le droit de dire que nous ne savons pas. Il y a donc des femmes homosexuelles qui font des IAD depuis longtemps. On ne peut donc pas dire que cela soit un couple effectivement homosexuel. Est-ce exact? Je crois que c'est certainement beaucoup plus rare que les femmes, mais je n'ai pas de chiffres.

      Par contre, il me semble que C'est le premier cas que j'ai vu, en C'est mon seul exemple. Ils accueillaient les deux types de demandes. On n'a pas le temps de savoir ce qu'ils deviendront. Ou bien alors, effectivement Alors on ne voit pas pourquoi ce qui compte pour les adultes ne compterait pas pour les enfants. Ces risques existent, mais comme pour les autres. Denis Quinqueton. Je reviendrai donc sur ce qu'il y a dedans.

      Pourquoi en mairie? Quels sont les devoirs? Rien ne vous interdit de continuer. Or, ils sont exclus des avantages ouverts par le PACS. C'est surtout cela que nous n'acceptons pas. Ce n'est vraiment pas le moment. Le PACS met en cause la place de l'enfant dans la famille. Xavier Tracol. Le concubinage est, par essence, une union de fait, en opposition au mariage qui est une union de Droit.

      A priori, l'on pourrait dire que le PACS ne concerne que les couples, et donc, pas du tout les personnes qui vivent seules. Il faut donc en changer et le PACS permet aux homosexuels et aux concubins de s'en affranchir. Alors, le PACS ne se trompe-t-il pas de justice sociale? La famille, en effet, est un couple plus des enfants. Ce n'est pas le cas des couples d'homosexuels me semble-t-il. Elle se situe ailleurs. Et je terminerai par une opinion personnelle. Comme "nul n'est tenu de rester dans l'indivision. Par contre, j'ai bien entendu que, pour vous, le PACS concerne tout le monde.

      Je trouve cela ridicule comme a priori. Au nom de quoi, de quel principe constitutionnel? Est-ce cela que vous voulez? Xavier Tracol - Cela existe. Vous pouvez vous marier en union libre deux ou trois fois. Evidemment je me fais ici l'avocat du diable. J'en donne tous les huit jours en tant que Maire.

      Ces certificats produisent les droits que les communes veulent bien leur attacher. Cela existe. Avez-vous d'autres questions? C'est la question de base. Pour le droit au bail, le bailleur va se trouver dans une situation difficile. Aujourd'hui, je vais parler de notre position sur le PACS. Nous portons aujourd'hui un regard qui est celui des futurs usagers. Un jour seul suffit pour que ces droits leur soit ouverts.

      Ils restent toutefois inacceptables. Nous savons que les assurances sauront faire bon usage de ce genre d'information. Daniel Borillo. AIDES ne peut pas admettre un point de vue essentialiste. Elle est nationale et compte 6 antennes en province. Nos enfants, les premiers, ont besoin de la reconnaissance de nos structures familiales. Mais, nous n'en parlerons pas aujourd'hui. Que sont les familles homoparentales? Il ne s'agit pourtant pas de cela, mais bien du droit des enfants.

      Nous sommes confiants, le PACS y contribuera. La vie sexuelle des candidats fait-elle partie des conditions d'accueil? Il faut faire cesser cette discrimination administrative. Le PACS y contribuera-t-il? Nous souhaitons que cela puisse se faire dans un avenir proche, comme c'est le cas dans certains autres Etats. Le Quebec la Colombie britannique autorisent l'adoption conjointe par un couple homosexuel, sans pour autant autoriser le mariage des homosexuels. Nous demandons un statut pour ces tiers qui se conduisent comme des parents.

      En guise de conclusion voici notre conception de la famille. Nous vous demandons de tout faire pour que ce projet de loi aboutisse le plus vite possible.